Thales service : un peu de civil dans un monde militaire

Lecture : 5 minutes

La division Service du groupe Thales, spécialisé dans la défense, multiplie les contrats vers les entreprises civiles et le service public. Une diversification qui annonce une volonté de se démarquer.

La toute jeune division Service de Thales qui fête ses 18 mois affiche déjà   un bilan plus que positif. Avec un chiffre d’affaire estimé à 1,5 milliard d’euros, dont 1,2 milliards pour la maintenance des équipements, la division service représente le quart des activités du groupe Thales. Fort de son impact auprès des industries de défense et d’aéronautique ainsi que des entreprises privées couvrant 80% de ses activités, Thales Services se tourne désormais vers l’aviation civile. Pour cela, deux compétences ont été mises en place : les services d’entraînement par le biais des simulations de vol et les technologies de l’information et de la communication.

Le Boeing 787 et l’Airbus A 380 ont tous deux fait appel à Thales pour se fournir en simulateurs de vol avec des jeux d’équipements de formations installés sur les sites clés. « Le simulateur est une aide à la formation à destination des professionnels mais également des civils tout en respectant la sécurité et la protection de l’environnement », indique le directeur général de la division service de Thalès, Jean-Paul Lepeytre. Les commandes de simulateurs pour l’aviation civile sont en pleine croissance, « sans toutefois avoir doublé par rapport à l’an passé », précise Jean-Paul Lepeytre.

Thales Service n’oublie cependant pas son coeur de métier. Pour une meilleure maîtrise de la chaîne logistique dans le monde de la défense, la division s’est associée avec Geodis, opérateur global de chaîne logistique, en mars dernier. Les deux partenaires ont mis en place le Supply Chain management afin d’accompagner la transformation de la défense en visant l’efficacité opérationnelle et la maîtrise des coûts.

Une administration civile jugée prometteuse

Fournisseur de solutions et d’équipements, Thales se focalise sur des marchés à forte exigence de sécurité. L’administration civile, qu’elle soit centrale ou régionale, prend une place de plus en plus importante au sein des activités de Thales. Elle est en effet perçue comme un domaine nouveau et prometteur. « Nous souhaitons développer l’activité pour des clients dans le monde de la défense mais aussi auprès des civils », explique Jean-Paul Lepeytre dont la stratégie est d’accompagner le processus de transformation des clients. « Nos services s’adressent avant tout à des clients qui ont des missions critiques en terme de fonctionnalité », ajoute t-ilpour expliquer la présence du groupe dans la gestion des systèmes d’information du groupe hôtelier Accord.

C’est plus particulièrement dans le domaine de la santé que Thales souhaite renforcer ses activités futures. Grâce aux projets du dossier médical personnel, Thales souhaite la confidentialité des patients protégée par un haut niveau de sécurité. Ce dispositif favorisera la coordination, la qualité et la continuité des soins sous le contrôle du patient.

Pour mettre en place ce dossier médical informatisé et sécurisé, Thales Service travaille en collaboration avec la Cegedim, spécialisée dans les logiciels de santé. « Avec la Cegedim, nous expérimentons nos solutions sur 5 000 dossiers patients. Nous voulons être proches des besoins des médecins. Mais le modèle n’est pas encore aujourd’hui établi. Nous sommes dans la phase d’expérimentation avec comme objectif d’apporter des solutions qui répondent à des besoins », affirme Jean-Paul Lepeytre. Actuellement, cette phase d’expérimentation s’effectue dans les régions Aquitaine et Alsace.

L’entreprise ne cesse de se diversifier. Dernier succès en date dans le domaine de la culture cette fois : la gestion des solutions technologiques du musée des Arts Premiers, qui a ouvert récemment quai Branly à Paris.

Valérie Dobigny

Lire la suite
Maintenanceandco.com