Total s’engage pour la formation et l’emploi des jeunes avec L’Industreet

Emmanuel Macron, Président de la République, a inauguré à Stains (Seine-Saint-Denis) avec Patrick Pouyanné, Président-directeur général de Total, L’Industreet, le campus imaginé et financé par la Fondation Total, à destination des jeunes de 18 à 25 ans, avec ou sans qualification. Ce campus, gratuit, formera jusqu’à 400 jeunes par an aux métiers de l’industrie du futur. Malgré le Covid-19, plus de 60 jeunes ont déjà commencé leur formation à L’Industreet depuis novembre 2020.
Lecture : 4 minutes
Visite inaugurale de l’Industreet, le campus des nouveaux métiers de l’industrie - Copyright Julien Philippy

Cette initiative répond concrètement à la problématique du chômage des jeunes, alors que plus de 200 000 postes sont à pourvoir dans l’industrie en France. L’industrie est un secteur en pleine évolution par la robotisation et la digitalisation et présentent des opportunités pour les jeunes qui cherchent leur voie professionnelle. 

« Je suis honoré et fier d’accueillir le Président de la République pour inaugurer aujourd’hui L’Industreet. Ce campus est la preuve tangible de l’engagement de Total pour l’emploi et la formation des jeunes. L’Industreet s’adresse en priorité à ceux qui sortent du système scolaire sans qualification et cherchent leur voie professionnelle, vers des filières industrielles qui recrutent. A ce titre, nous avons pensé L’Industreet comme une véritable référence dans la formation des jeunes aux métiers de l’industrie de demain, avec un objectif affiché : un jeune, un emploi », a remarqué Patrick Pouyanné, Président-directeur général de Total. « Je souhaite remercier personnellement tous ceux qui ont relevé ce défi collectif pendant deux ans : l’équipe projet et pédagogique ainsi que les acteurs de l’insertion, de l’emploi et de la formation en collaboration avec les branches professionnelles, les collectivités locales et l’Etat, sans le soutien duquel ce projet n’aurait pas vu le jour aussi rapidement ».

L’objectif : un jeune, un emploi 

Grâce à L’Industreet, les jeunes pourront acquérir un certificat professionnel, reconnu par l’Etat, dans 5 filières qui recrutent (ligne de production automatisée, inspection et contrôle non destructif, terminaux de distribution d’énergie, numérisation des installations industrielles, entretien multiservice robots-assistés), à l’issue d’une formation gratuite de 12 à 18 mois. 

L’approche pédagogique innovante consiste à assurer un enseignement à la fois théorique, technique et immersif en entreprise et acquérir des savoir-être nécessaires afin de s’intégrer en milieu professionnel. Comme les parcours sont individualisés, les jeunes peuvent intégrer l’Industreet à tout moment de l’année. A la fin de sa formation, le but de ce campus est que chaque jeune trouve un emploi dans l’industrie, continue ses études ou se lance dans l’entreprenariat. 

Une formation gratuite et accessible à tous 

Ni profil type, ni diplôme ne sont demandés pour intégrer L’Industreet : le campus est destiné aux jeunes qui cherchent leur voie. Total souhaite aussi y former autant de femmes que d’hommes et de dépasser ainsi les préjugés qui persistent sur les métiers de l’industrie. Les jeunes, issus de toutes les régions de France, peuvent candidater sur le site www.lindustreet.fr. 

Un lieu de vie et d’apprentissage 

Avec ses 11 000 m2 dédiés à l’apprentissage, le campus a été créé comme un véritable lieu de vie : 3 ateliers de 1000 m2, 400 m2 consacrés à la digitalisation, une aire extérieure de 1000 m2 et des solutions de résidences étudiantes. Le campus est aussi accessible en transports en commun avec le RER D et le tram T11 à proximité immédiate du site. Le projet est conçu avec une empreinte carbone basse et il est certifié HQE Bâtiment Durable. L’installation de panneaux photovoltaïques permet de garantir une partie de la consommation en électricité du site de L’Industreet. 

Lire la suite
Valérie Brenugat
J’ai toujours eu le goût des sciences et de la communication notamment écrite. C’est pour cette raison que j’avais choisi de faire des études de sciences et de communication. Puis une vingtaine d’années d’expériences dans les médias, l’industrie et les organismes de recherche m’ont permis de devenir la rédactrice en chef des revues Maintenance & Entreprise et Qualité Références.
Sur le même sujet

Lubrification et maintenance prévisionnelle : une interconnexion forte et naturelle

Le logiciel « Ultranalysis Suite » (UAS3) vous permet de disposer d’un accès facile aux données de votre LUBExpert et d’éliminer ou d’accepter l’état de lubrification comme cause possible de l’anomalie. De même, votre LUBExpert vous indiquera automatiquement les suspicions de défaillances de roulements, le centralisé dans UAS3 qui en devient le centre stratégique de vos plans de […]

Une nouvelle équipe dirigeante pour Cotelec

Entrés respectivement chez Cotelec en 1995 et 2002, Bertrand Quero et Marielle Garcia ont auparavant des expériences dans le domaine commercial et ont intégré, depuis maintenant 10 ans l’actionnariat de l’entreprise, pour devenir aujourd’hui les nouveaux propriétaires à 100 %. En prenant la direction de l’entreprise, Bertrand Quero et Marielle Garcia souhaitent faire plus que […]

Frédéric Ryckman, nouveau Directeur Général Délégué de la Business Unit FBS de l’éditeur OSLO

L’arrivée de Frédéric Ryckman montre la volonté de l’éditeur métier Oslo issu du regroupement de plusieurs éditeurs spécialistes de ces domaines, de structurer, d’organiser la synergie des métiers et d’accélérer le développement de cette Business Unit sur ses segments de marché – Facility Management, Bâtiment, SAV et Maintenance. Ayant pour rôle d’organiser la transversalité des métiers et des […]